Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed

SAUVETAGE IN EXTREMIS

J’ai toujours apprécié ma petite belle soeur au regard profondément bon. Douce et discrète à la fois toujours vêtue d’un joli manteau d’indépendance, sorte de carapace sans doute. Si jeune et déjà si forte elle est un bel exemple de courage et de détermination, elle me fait penser à ces grandes dames qui ont marqué l’histoire … L’avenir nous le dira …

Lorsque j’ai vu son corps en soins intensifs avec tous ces tuyaux, son regard troublé et inquiet qui en disaient long, cette plaie béante qui s’étendait sur 80 cm environ, elle qui venait d’échapper à la mort touchée par un streptocoque A. Une heure de plus et l’issue aurait été fatale. C’est à ce moment précis que j’ai pris conscience de ce que mon père vivait chaque jour dans son travail. Cette proximité permanente avec l’ange de la mort qui vous rappelle qu’à chaque minute tout peut basculer, que la vie est si fragile qu’il vaut mieux en faire bon usage.

Ce soir là je l’avais envoyé in extremis aux urgences et là, debout devant elle je me sentais démunie comme si le monde avait perdu toute sa raison d’être. Victime de la négligence médicale, je ressentais à présent cette passion et ce combat qui animaient mon père tout entier. Il était voué corps et âme, son unique but : sauver des vies humaines. Sachant que le moral est partie intégrante de la guérison (malheureusement dans la plupart des cas c’est un détail que l’on minimise laissant souvent les fantômes du passé ressurgir comme si la position allongée permettait à tout un chacun de profiter de la faiblesse de l’autre ), il sera alors le confident et le psychologue de chacun de ses patients joignable 7/7 et 24h / 24 .

Mon père était médecin …. Il a quitté ce monde si jeune. Il n’était pas un médecin ordinaire, ni un de ces professeurs bradés de diplômes, il sauvait des vies. Tel le grand Maimonide c’était un génie de la médecine, il exerçait son métier avec art et passion et connaissait chacun de ses patients comme s’il était unique. Il savait écouter, soigner, puis guérir; ses diagnostiques étaient toujours justes, les médicaments qu’il connaissait par coeur n’étaient jamais prescrits pour faire marcher le lobby pharmaceutique. Tous ceux qui l’ont connu et qui ont pu profiter de sa médecine ont pleuré le jour de son départ, il y avait de quoi …

Un bon médecin explique t’on dans la Torah est toujours accompagné de l’ange Raphael, l’ange de la guérison.

Les erreurs médicales malheureusement j’en ai fais les frais comme si plus personne n’avait cette science infuse. Alors j’ai décidé de me battre, de ne plus croire tout ce que l’on me dit car je refuse d’être esclave d’un système aussi ridicule et aussi absurde. 7 ans de médecine ne fait pas d’une personne un médecin aux compétences rares, c’est juste un niveau de connaissances atteint et qui vous permet d’exercer ce métier. Apprenez à réfléchir, faites vous confiance, vous avez le droit de décider si : on vous dit d’avorter, si vous souhaiter prendre tel ou tel médicament, ou même aucun, ne vous laissez pas manipuler et gardez confiance en vous . Vous êtes libre de choisir. J’ai cherché cette nuit là un petit indice pour ma belle soeur, je devais trouver la faille et vite réagir. Comment l’avez t ‘on désinfecté ? Avec quoi ? Avait on encore le temps d’attendre comme les médecins le disaient en prétextant que ce n’était rien du tout et que la jambe n’était pas cassée. Et puis finalement … elle marchait mieux que la veille me disait elle. De la fièvre ! c’était déjà signe d’infection, et pour désinfecter une plaie il était préférable d’utiliser de la bétadine pour les plaies superficielles plutôt que de l’eau oxygénée. Oui on aurait pû attendre le lendemain matin, j’aurais pû écouter mais je ne l’ai pas fait … je savais que le temps était compté. Sauver la vie d’une personne c’est ce que mon père faisait tous les jours et pour lui, il n’y avait rien d’exceptionnel. Il refusait les Mercis qu’il trouvait stupide, n’aimait guère les honneurs car tout vient de D’… et il en avait profondément conscience.

J’aurais pu suivre ses traces puisqu’au fond c’est aussi une passion, mes proches m’encouragent parfois à entamer des études. Lorsque les filles de mon âge lisaient Voltaire ou Camus je feuilletais le VIDAL posé au salon. Mais non ! C’est décidé même si dans cette société moderne être une femme au foyer reste assez étrange, être épouse et maman à temps plein est ma seule et unique priorité, c’est une véritable passion. Mes compétences médicales je les réserve à mes proches 😉.

J’ai eu la chance il y quelques jours d’emmener des patients sur la tombe de mon père et c’est à ce moment que j’ai compris qu’il n’était pas juste un excellent médecin, il était pour tous … un ange.

Si par hasard, vous rencontrer l’ange Gabriel dites lui que je le cherche …😇